Tout ce qu’elle croit

Roman

Une famille heureuse et même parfaite. Une petite fille et son père idéal, fusionnel. A la fin de l’adolescence, la jeune fille prend soudain conscience que l’emprise du père menace jusqu’à sa vie même. Une fois l’enfance dévastée, que reste-t-il ? Parfois une énergie des profondeurs par laquelle on réapprend à vivre et à compter, en premier lieu pour soi-même.

 

Extraits

« Elle se sauve par les mots. Elle croit en ça. Le pouvoir purificateur des mots. Elle nettoie chaque recoin d’elle-même. Même ceux que son père jadis a salis (elle ne le sait pas encore, tout n’est qu’urgence, appel, pour le moment). Elle se réhabitue. Se réhabite. Se réabrite. Se réhabitue. Peur à peur. Peu à peu. A vivre. Ce ne sont que les prémices, le chemin sera long. »

« Elle croit que l’amant finira par la chercher le jour où elle s’échappe de leur appartement, court, marche, marche, jusqu’à la ville voisine, jusqu’à la forêt. Mais elle reste seule jusqu’au froid de la nuit entre les arbres. Quand elle rentre, il est assis dans le noir. Il ne lui dit rien. Il attend. Elle s’excuse. Toujours, elle s’excuse. »

 

Éditions Buchet-Chastel
Coll° Qui-vive
304 pages
2020
18 €

Le Duo Poésik interprète « Tout ce qu’elle croit ». Teaser →

anne-lauricella-roman-tout-ce-quelle-croit-buchet-chastel-collection-qui-vive-inceste