Contact / Ateliers / Mes affinités poétiques…

 

 

CONTACTER ANNE LAURICELLA et/ou LE DUO POÉSIK

annelauricella42@gmail.com

Visitez mon compte Instagram @lauricellanne

Duo Trio Poesik Eigenglang Anwesend Dijon - Nov 2019 2          Anne Lauricella Female deer instagram @lauricellanne

 

ANNE LAURICELLA propose aux écoles et aux bibliothèques, et à toute structure destinée à des activités culturelles pour les enfants, de 3 à 10 ans (Maternelle et Primaire), des ateliers de fabrique de contes ou de poèmes. Me contacter car les possibilités sont vastes ! (Longue expérience en résidence dans une école)

[Rappel : Le DUO POÉSIK vous propose des LECTURES ou des HISTOIRES MUSICALES, pour toute structure, tout âge, tout public. Voir la page Duo Poésik & Actualités.] 

 

♥  ♥  ♥

LES ATELIERS 

Animation ecole Montessori 17e bis

1/ AUTOUR DES ALBUMS SUR LA PEINTURE

Auteure de plusieurs albums jeunesse autour de la peinture, je vous propose une LECTURE-ATELIER à partir de mes livres.

De la maternelle au CM2 (durée 30 min, 45 min ou 1h, selon la classe)

 

 

– ALBUMS Klee/Monet/Vermeer :  Un peintre = Un conte

J’apporte les reproductions des peintures de l’album. Les enfants les choisissent une à une. Nous les affichons et composons collectivement une histoire. Pour finir, je lis mon album.

ALBUM-JEU :  Devinettes pour connaître 7 grands peintres

Je projette sur grand écran 4 tableaux par peintre. S’organise un grand jeu de devinettes. La participation va bon train, et les enfants ont beaucoup de commentaires personnels à faire sur les toiles, c’est un bonheur !

Je donne les réponses et raconte quelques détails ou anecdotes croustillantes sur les peintres. L’air de rien, les enfants en apprennent beaucoup sur ces classiques.

 

2/ AUTOUR DES ALBUMS POÉTIQUES

Exemples d’ateliers autour de ces deux albums :

– Je lis le début. Je m’arrête au point culminant de l’histoire. Les enfants inventent la suite. Nous la confrontons à la fin de l’album.

– Je donne la caractéristique du personnage : des yeux d’eau, un corps qui redevient coquillage la nuit. Les enfants réfléchissent à toutes les particularités de la vie d’un enfant doté de ces particularités. Ils inventent des situations… une histoire. Ils peuvent l’illustrer par des dessins. Nous la confrontons à la lecture de l’album.

Anne Lauricella Fille aux yeux de pluie conte

 

TARIF DES ATELIERS

Voir la charte des Auteurs Jeunesse  (la-charte.fr)

– 269,05 € brut (222,83 € net) la demi-journée. 

– 445,98 € brut (369,37 € net) la journée

 

∴  ∴  ∴

Pour finir… Une petite envie de partage…

Ma famille de poètes…

 

Écriture du peu

Hommage à Antoine Emaz. Me manque déjà, tellement, la possibilité de lire ses mots nouveaux… Son art de plus en plus calligraphique.

Antoine Emaz - poésie du peu - Anne Lauricella

sans mémoire ni pensée /juste une présence /tendue /face au jardin//on le connaît par cœur /mais c’est/comme s’il allait finir /par parler ou bien nous faire entrer/dans son taire

corps hangar vide//à la pause de midi// tout le silence/à prendre/ presque trop// rien de lyrique/là// on est juste/ sur une carie du temps//on fore

Les poètes/comme des êtres/de faïence ou  de verre// Ils sont très solides/tant qu’ils/ ne tombent pas

Au départ/avant le poème/il n’y a guère que de la vie continuée// et après de même// qu’est-ce qu’il transforme/dans le mouvement d’une vie/rejoignant vite/l’inerte/et lui-même/vite/inerte/qu’est-ce qu’il transforme// comme une ombre portée/à peu près/à dos de vie

Il faut regarder longtemps une branche qui bouge un peu pour pouvoir écrire : la branche bouge un peu. Et que cela suffise.

(Planche ; Lichen, encore)

 

Écriture de l’intime

Charles Juliet, Eva Strittmatter

Charles Juliet - Ecriture de l'intime - Anne Lauricella - BiographieEva Strittmater poésie allemande - Anne Lauricella

Ma gratitude immense envers Charles Juliet… (je l’ai exprimée dans l’ouvrage collectif sur Charles Juliet paru aux éditions Jacques André en mars 2019).

Voir le site consacré à Charles Juliet, mené tambour battant par Marie-Thérèse Peyrin, de La Cause des Causeuses.

1403 proj couv.qxp

Charles JULIET :

quitte-toi/quitte-toi

fais s’ébouler/tes murs

lance ta vie/sur les chemins

et marche/jusqu’à user/tes chaînes

jusqu’à faire surgir/en toi la patrie/que tu cherchais

et cette source/qui aiguise l’œil

le tient/émerveillé

(Affûts)

 

« Une petite cave poussiéreuse et surencombrée. Y faire entrer l’infini. Il est compréhensible que craquent les membranes de l’être. Qu’il faille tant souffrir. »

(Journal II, 18 janvier 1966)

Eva STRITTMATTER

Les nuits d’insomnie me sont données/pour vivre ma propre vie/sacrée, /ma vie stellaire de solitude. (…)

Du silence je fais une chanson/et de la lumière de septembre. /Le silence d’un grillon/trouve place dans mon poème.

En bottes de caoutchouc, peau de mouton et fichu/je parchemine la pluie de décembre./Et ce que je cherche dans les ténèbres/sont des mots qui me remuent moi-même./Je voudrais dire quelque chose de sûr qui me soulève un peu plus haut.

(Du silence je fais une chanson)

Écriture comme un geste

James Sacré

James Sacré - poésie -Ecriture du peu - Anne Lauricella

À un moment un drap se trouvait tendu./ Dans toute la longueur de la chambre, tire bien/Que disait la mère, l’espèce de raideur du linge/Claquait. Le petit garçon mesurait quoi entre/ Ses bras encombrés et la parole moqueuse de sa mère?/De la rudesse bousculait la matinée tendre/Ça finissait avec l’ordre des draps pliés (étagère d’en haut dans l’armoire)./ Lui restait dans l’espace de la chambre après. On voyait un pré par la fenêtre.

Quelquefois soudain le vent ça remue/Toute une campagne et la nuit dans le cœur/Je m’en souviens je/ C’est comme entre une joue la jambe/De, vraiment comme très fort

Un mur s’est éboulé/C’est comme des mots (mais tombés d’où ?)/La douceur du ciel continue son bleu/On dirait qu’on peut rêver/À travers les choses défaites, les trous du poème.

(Si peu de terre, tout)

LE CINÉMA M’INSPIRE

Agnès Varda  ♥ ♥ ♥ … Amour du regard dans

Agnès Varda

Agnès Varda, au festival du film de Marrakech, le 2 décembre 2018

Hommage…

Chère Agnès Varda, Merci pour l’amour que vous êtes, que vous avez mis en tout.

Merci pour la beauté de votre œuvre, son ingénuité, sa vérité. Sa générosité. Merci pour votre exemple. Merci de rester avec nous, pour toujours, par votre œuvre et par votre esprit.

Cléo de 5 à 7, Daguerréotypes… mes préférés…

 

 

Le cinéma me contamine…

 

Il m’est très souvent arrivé d’écrire aussitôt un film terminé. Il désenfouissait une langue en moi toute prête à se dresser, me faisait soudain trouver la voie. Exemple de cette mystérieuse contagion ou contamination créative : Artémis Cœur d’Artichaut, d’Hubert Viel a fait littéralement jaillir en moi toute la première partie de mon roman Tout ce qu’elle croit. La seconde partie, Inventaire, a vu le jour après que j’aie vu Jacquot de Nantes d’Agnès Varda, où Jacques Demy n’a qu’une urgence avant de mourir : recenser ses souvenirs d’enfance…

 

D’autres parmi mes très nombreux films de chevet…

 

La Trilogie d’Apu, de Satyajit Ray / Roma d’Alfonso Cuarón 

Lean on Pete (ou La Route sauvage) de Andrew Haigh / Sky de Fabienne Berthaud

Respiro d’Emanuele Crialese / In America de Jim Sheridan 

Amarcord de Federico Fellini / Yoyo de Pierre Étaix

L’Avventura et L’Éclipse de Michelangelo Antonioni

 

∴  ∴  ∴

 

Une petite confidence pour la route…

1495811182882

Que le dire est toujours le grand intérêt

Écrire, se vider à la petite cuillère, voir le fond

L’écriture a été l’outil par lequel trouver mon propre accès. C’est la poésie qui s’est choisie en moi à l’heure de mes grandes démolitions intérieures. En me bâtissant, les mots, eux aussi, s’affermissaient.

Mes poèmes, histoires ou romans sont tous empreints de cette quête identitaire et, depuis peu, des réponses qu’un tel cheminement fait surgir. Des réponses qui pour la plupart jaillissent dans la Joie, celle d’une présence  vraie au monde.

Après vingt mais non vaines années d’errance

voici que s’ouvre un pays au soleil fécond

C’est ici que je veux vivre

∴  ∴  ∴

Merci de votre visite…