Des mots en peinture III

 

 

Anne lauricella-sergiu zancu1.jpgAnne lauricella-sergiu zancu2.jpgAnne lauricella-sergiu zancu3Anne lauricella-sergiu zancu4

© Sergiu Zancu, Psaumes

 

MES FORÊTS

 

 

Arbres

mes arbres

éviscérés

 

et c’est de moi que je parle

de mes racines mises à mal

 

je les voudrais arrachées

pour au moins errer

 

mais je reste là

à fouiller ma terre éventrée

 

mes branches

fouillent un ciel de désastre

 

seul un cri parfois

s’y insinue

 

alors que je voudrais tant

le chant des oiseaux

 

l’éclat du soleil au matin

 

où sont

mes aurores ?

 

montrez-moi

guidez-moi

 

et mes larmes tombent

embourbent encore

mon sol

 

mais un soir je me souviens

je relevai la tête

et j’aperçus, non loin

 

un chemin

 

 

¤   ¤   ¤

 

 

Mes forêts     mes sons     mon sombre

 

mes traces fugaces         dans l’éternité de mon obscurité

 

je suis chaque jour      mon combat lacéré d’espoir

 

sursauts à jamais repris    persévéré   remis sur le canevas   de mes pas    défaits

 

derrière, la lumière    me murmure   de ne pas m’arrêter

 

sang et viscères    violence du trait  poussière   fumée   retraits

 

idéogrammes      de mes peurs infâmes

 

giclures blessures brisures          mais un seul, un seul          pas de recul

 

et voici    que cela fait   un tout

 

étreintes    mouvements   au plus près         de luttes archaïques

 

résonances anciennes     où je peux

 

me reposer